Charles Eisen

Charles Eisen, né le 17 août 1720 rue du Grand Fossart, est le deuxième fils du peintre bruxellois François Eisen, installé à Valenciennes depuis 1705 environ. Son père l'aide à développer ses dispositions pour le dessin et les capacités de composition qui feront de lui l'un des illustrateurs les plus recherchés de son époque. Eisen est considéré comme un des illustrateurs les plus sensuels du XVIIIe siècle, avec toute la légèreté et la délicatesse du temps.
Arrivé à Paris vers 1740, Charles Eisen entre dans l'atelier de gravure de Jacques-Philippe Lebas puis, ayant pris son indépendance, il rencontre Jean-Baptiste Descamps, artiste et historien d'art, qui lui présente des mécènes. Le marquis d'Argenson, né à Valenciennes, amateur d'art et bibliophile, introduit Eisen auprès de Madame de Pompadour laquelle en fait son professeur de dessin. Sans cesser d'être peintre et graveur à l'eau-forte, Charles Eisen doit son succès à la profusion et à la qualité des ouvrages qu'il illustre, des oeuvres de Virgile ou Ovide à celles de Montesquieu, Longus ou Dorat. Voltaire lui écrit : « Je commence à croire Monsieur que la Henriade ira à la postérité en voyant les estampes dont vous l'embellissez ». Passée la mode du livre "rococo" à vignettes, caractéristique du milieu du XVIIIe siècle, Eisen meurt, désargenté, à Bruxelles en 1778.
La Bibliothèque de Valenciennes conserve quarante-et-un livres illustrés par Eisen au XVIIIe siècle, ainsi que quelques estampes tirées d'un recueil publié de 1753 à 1763 pour servir de répertoire de formes dans tous les domaines de décoration.

Options pour malvoyant