Les imprimés valenciennois

Ville majeure du Hainaut, Valenciennes a très tôt été intégrée aux "réseaux du livre". La richesse de la ville, sa position privilégiée sur l'Escaut, sa proximité de centres comme Bruxelles et Bruges, la résidence en ses murs d'artistes comme Simon Marmion, en ont fait un centre actif de copie et d'enluminure de manuscrits au XVe siècle.
C'est à Valenciennes qu'est attesté le seul atelier d'imprimerie de la période incunable dans le Nord, à savoir celui de Jehan de Liège autour de 1500. Celui-ci ne put s'établir durablement en raison de la concurrence des éditeurs des centres voisins de la Belgique et de l'Allemagne actuelles. Les cinq rarissimes petits livrets imprimés à Valenciennes par Jehan de Liège que l'on ait conservés appartiennent à des collections privées, au Musée Condé de Chantilly ou à la Bibliothèque nationale de France : ce sont des poèmes et des textes de circonstance signés de Jean Molinet, Georges Chastellain et Olivier de La Marche.
Il faut ensuite attendre 1519 pour qu'Antoine Membru implante plus durablement un atelier d'imprimerie à Valenciennes. Le plus ancien livre imprimé à Valenciennes conservé à la bibliothèque municipale est un petit livre scolaire de grammaire latine.

Options pour malvoyant